Voici la partie consacré au carnet de notes de Thierry Durbec

 

Extrait de la publication L’éthopoïétique de l’écriture de soi Isabelle Galichon E.A. TELEM, Université Bordeaux-Montaigne  lien 

Deux formes vont retenir son attention, sur lesquelles il reviendra en avril à Berkeley : l’hupomnemata et la correspondance. La première est un carnet de notes dont l’usage évolue puisqu’il a d’abord été « un instrument de gestion politique » pour devenir « un instrument de gestion de la vie privée » . On pourrait le comparer aux livres de raison, ces livres de comptes qui ont pu être aussi détournés en partie de leur objectif premier, et dont les exemplaires les plus anciens conservés en France remontent au XIVe siècle et qui deviennent une pratique courante au XVIe siècle . Au Ier et IIe siècles, l’hupomnemata est donc un carnet dans lequel on consigne des pensées lues ou entendues : c’est un travail de « subjectivation des discours ».

Hupomnemata

No projects found.